TEST 15 JOURS

Vidéo outstream : panorama des acteurs et enjeux autour de ces formats publicitaires

Teads, YuMe, Advideum, UnRuly... les acteurs se multiplient en France sur le marché des formats « outstream », ces vidéos publicitaires qui, à la différence des pré-rolls (« in-stream »), ne sont pas insérés dans un flux vidéo éditorial. Comment se positionnent ces sociétés ? Quelles différences entre leurs offres ? Quel avenir pour ce marché ? Satellinet livre quelques éléments de réponse en interrogeant ces acteurs et Amplifi (Dentsu Aegis Network France).

Par . Publié le 22 novembre 2015 à 18h09 - Mis à jour le 22 novembre 2015 à 18h09

Dans un panorama mondial de la vidéo publicitaire, réalisé par Forrester pour Teads et publiée en juin 2015 (529 décideurs représentant des annonceurs, des agences et des médias interrogés en Argentine, en France, en Allemagne, en Italie, au Mexique, en Espagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis, complétée par six interviews qualitatives), 70 % des agences et 77 % des annonceurs interrogés annoncent s’attendre à une croissance significative des budgets en publicité vidéo en ligne lors des deux prochaines années. En France, au premier semestre 2015, le marché publicitaire de la vidéo en ligne a représenté 126 millions d’euros d’investissement, en progression de 38 % en un an (Observatoire de l’e-Pub SRI-Udecam). 22 % de ces investissements étaient dédiés à l’outstream (28 millions d’euros), en hausse de 27 % en un an. Le segment progresse en France, mais il doit être relativisé : le segment instream (78 % de la vidéo) représente 98 millions d’euros au premier semestre, en hausse de 42 %. Toutefois, selon les prévisions de ZenithOptimedia, le marché français de la vidéo dans son ensemble devrait atteindre 510 millions d’euros en 2017. Et, selon l’étude de Forrester, 77 % des agences estiment que le format outstream tiendra une place importante dans les budgets de leurs clients annonceurs, contre 60 % pour l’instream et 54 % pour la bannière. « L’inRead (l’un des formats outstream, ndlr) permet par exemple de toucher une audience dans des contextes éditoriaux spécifiques – par exemple au coeur des grands sites médias qui manque d’inventaires vidéo – de façon plus pertinente que sur des sites de vidéos ou de catch-up », confirme Etienne Bodel, video strategist chez Amplifi (Dentsu Aegis Network France). « Avec la montée de blocage des publicités, il est plus important que jamais de créer une bonne expérience utilisateur », ajoute David Waterhouse, global head of content & PR d’UnRuly, société de vidéo programmatique qui va développer son offre outsream en France début 2016.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Vidéo autoplay : après la ruée des éditeurs, les réticences des annonceurs