TEST 15 JOURS

Vidéo autoplay : après la ruée des éditeurs, les réticences des annonceurs

Par . Publié le 02 février 2016 à 18h42 - Mis à jour le 02 février 2016 à 18h42

Depuis que Facebook et Instagram l’ont adopté, le lancement automatique des vidéos est devenu la norme pour faire augmenter le nombres de vues, par exemple sur Bloomberg, ESPN et CNN. Mais certaines agences pointent déjà les limites de cette pratique, souligne Digiday.

“Regarder le nombre de vidéos lancées ne suffit plus, car de nombreux éditeurs sont passés à l’autoplay. Nous discutons avec eux pour obtenir davantage de métriques pour savoir qui a vraiment vu les publicités”, explique Charlotte Cochrane, managing director of digital chez Horizon Media. Les acheteurs demandent donc de plus en plus souvent aux éditeurs de garantir 15 à 30 secondes de visibilité sur leurs pré-rolls, au lieu des trois à cinq secondes habituelles. Chez DigitasLbi aussi, on privilégie le coût par vidéo “complétée” au traditionnel CPM.

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Facebook encourage les annonceurs à concevoir des vidéos publicitaires sans le son

Dossiers

Vidéo outstream : panorama des acteurs et enjeux autour de ces formats publicitaires

Le mobile représentera près de 20 % des investissements publicitaires en ligne en 2015