TEST 15 JOURS

SVOD [3/3] : les acteurs de niche et le bundle (Lagardère, TF1, INA, Trace, AB Groupe…)

Alors que le marché de la SVOD généraliste fait l’objet d’une âpre bataille entre Netflix et Canalplay, qui font face à des coûts d’acquisition très élevés, les autres acteurs de la vidéo illimitée par abonnement ont pr éféré opter pour des spécialisations. Les programmes jeunesse (Gulli Max, Tfou Max), les archives (INA Premium), ou encore ceux liés aux cultures urbaines (Trace Play), présentent l’intérêt d’être moins chers à acquérir, car moins disputés, et d’avoir une base de fans ou de consommateurs très identifiés, moins complexes à conquérir. Mais la SVOD échappe parfois à la logique du coût d’acquisition, en devenant un produit d’appel pour une offre plus large (feu Jook Vidéo, SFR Zive…). Quelles politiques de contenus et stratégies marketing pour les acteurs de niche ? Quel rôle pour les FAI ? mind-Satellinet a interrogé Lagardère Active, e-TF1, l’INA, Trace et AB Groupe pour mieux comprendre les positions de ces challengers.

Par La rédaction. Publié le 19 février 2016 à 18h58 - Mis à jour le 24 février 2022 à 16h57
Le paysage français de la SVOD a été fortement bouleversé par l’arrivée en septembre 2014 de Netflix. mind-Satellinet propose un large panorama consacré au secteur de la SVOD. Après les stratégies marketing des acteurs du marché français (coût d’acquisition, distribution, et rétention des abonnés) présentées lundi 1er février, puis la stratégie d’acquisition des deux principaux acteurs généralistes, Netflix et Canalplay, présentée lundi 8 février, nous décryptons cette semaine les stratégies des acteurs de niche et de ceux qui ont opté pour le bundle : Lagardère, TF1, INA, Trace, AB Groupe…

Pour ne pas affronter frontalement Netflix et Canalplay sur le marché de la SVOD généraliste, les autres acteurs ont opté pour la spécialisation. Le segment jeunesse, en particulier, a éveillé bien des convoitises. Lagardère Active a ainsi lancé Gulli Max (7 jours d’essai gratuit, puis 4,99 € / mois pour 2 500 vidéos et une trentaine d’applications) à l’été 2014, d’abord sous Android, avant que la version iOS voie le jour en octobre 2014. TF1 l’a imité, avec Tfou Max (1 mois d’essai gratuit, puis 2,99€ / mois, pour 3 000 contenus en catalogue), en février 2015. Et la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, n’a pas caché son intention de créer elle aussi une offre de SVOD. Si son positionnement et la nature de son catalogue n’ont pas été révélés, et quoique Delphine Ernotte la présentait en octobre 2015 au Figaro comme un concurrent de Netflix,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

SVOD : les résultats de CanalPlay

Dossiers

SVOD [2/3] : les stratégies d’acquisition des acteurs généralistes

Dossiers

SVOD [1/3] : les enjeux du marché en France

Canal+ lance une offre de SVOD mobile en Afrique

Trace : lancement d’une plateforme de SVOD en 2016

Etudes gratuit

Etude Deloitte Digital : la SVOD gagne du terrain sur un marché en pleine recomposition