TEST 15 JOURS

Social data : typologies de métiers et organisations dans les entreprises

Data analyst, social ads manager, opinion analyst, social insights analyst … dans les agences publicitaires, les cabinets de conseil, les médias ou les instituts d’étude d’opinion, les termes pour désigner les métiers de la social data s’accumulent. Derrière cette prolifération d’appellations se trouvent de profondes interrogations sur ces nouveaux métiers, encore difficiles à catégoriser et à identifier. L’étude de la donnée sociale pouvant, dans le futur, devenir un travail à part entière, ou au contraire se fondre dans des métiers déjà existant ; les questions liées aux compétences, au recrutement et à la formation se multiplient.

Par . Publié le 15 juin 2018 à 12h49 - Mis à jour le 15 juin 2018 à 12h49

mind Media publie le compte-rendu du workskop sur les métiers de la social data, réalisé début juin par notre partenaire, le Social Media Club France – espace de conférences et de workshops sur le numérique pour les professionnels – avec la participation notamment de Sorgem Advance, Insign, Angie, Getty Images, ainsi que Adpulse et The Metrics Factory.

Bien définir de quoi on parle dans les métiers de la social data est important. “Il nous est arrivé de changer jusqu’à trois fois le nom d’une annonce sur LinkedIn avant de trouver des candidats”, raconte Laurent Michel, directeur Social media à l’agence Insign. “Toutes ces appellations sont amenées à changer. C’est difficile à harmoniser car chaque agence a sa spécificité. La façon dont on nomme nos métiers doit avoir une résonance vis-à-vis de nos clients. On s’adapte beaucoup à leurs besoins et à leurs attentes. En fait, le mot social est déjà dépassé. Je pense qu’on va revenir à des termes comme digital data ou digital analyst”, analyse Laurent Michel (Insign).

Des métiers différents selon les secteurs

Si les termes diffèrent pour désigner les personnes travaillant avec la Social Data, c’est aussi parce qu’aujourd’hui les métiers ne sont pas tout à fait les mêmes d’un secteur à l’autre. Dans les agences médias, il faut par exemple créer des contenus en lien avec les comportements du public. “Aujourd’hui, on nous demande d’aller beaucoup plus loin dans le social listening. On doit matérialiser des scénarios de retargeting en fonction du parcours de l’internaute et de l’interaction qu’il a eu avec le contenu”,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Producteurs de contenus : y a-t-il une vie après Facebook ?

Dossiers

Le dark social : quelles opportunités pour les marques et les médias ?

Dossiers gratuit

Quelle place donner au community manager dans l'entreprise ?

Etudes

Les usages et tendances du mobile et du social media