TEST 15 JOURS

Producteurs de contenus : y a-t-il une vie après Facebook ?

Le nouvel algorithme de Facebook privilégie les contenus jugés de qualité et ceux qui engagent la conversation. Notre partenaire, le Social Media Club France, a organisé un atelier de discussion sur ce thème avec des médias et des marques puis en a publié un compte-rendu. mind Media le reproduit ci-dessous.

Pour mieux s’adresser aux communautés, les médias cherchent à créer des cercles d’audience plus restreints mais plus engagés : pages spécialisées, groupes… Moins Facebook-dépendants qu’avant, les éditeurs devront développer des stratégies de diffusion spécifiques à chaque réseau social.

Par . Publié le 30 mars 2018 à 14h30 - Mis à jour le 30 mars 2018 à 14h30

 

Le Social Media Club France         
Le Social Media Club France est un cercle de rencontres entre professionnels du numérique. Confidentielles et conviviales, ces sessions en petit comité sont réservées aux membres adhérents. Pour participer : contact@socialmediaclub.fr 
Sont intervenus dans ce débat en mars 2018 : Julien Apack, responsable marketing des Jours, Daphnée Denis, rédactrice en chef de Loopsider, Martin Jaglin, fondateur de MonPetitGazon, Guillaume Poquet, social media strategist chez Total, Lauren Provost, rédactrice en chef adjointe du HuffPost, Michaël Szadkowski, rédacteur en chef Numérique du Monde, et Alexandre Vekhoff, directeur digital de Lagardère Active Radio International. Cette session de la commission content était animée par Maxime Drouet, directeur du département digital de Burson-Marsteller i&e, Aurélien Viers, responsable du pôle visuel de L’Obs, Pierre-Olivier Cazenave et Paul Roy (Social Media Club France).

Le 11 janvier 2018, Mark Zuckerberg annonçait un changement majeur dans l’algorithme de Facebook. Objectif : plus d’amis et de familles, moins de médias et de marques sur le fil d’actualité de ses utilisateurs. En trois mots, “Time Well Spent”. Zuckerberg a repris à son compte l’expression inventée en 2016 par l’un de ses détracteurs, Tristan Harris, ex-philosophe produit chez Google, lanceur d’alerte et créateur d’une fondation éponyme. Ce revirement du réseau social aux 2 milliards d’utilisateurs actifs a fait frémir les éditeurs : le média Little Things a fermé ses portes, NowThis réouvre son site, le Times se concentre sur les micro-communautés…

Selon l’Observatoire de l’e-pub, Google et Facebook représentent 78 % du marché de la publicité en ligne. Face à cette situation de duopole,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Les parts de marché de Google et Facebook devraient reculer pour la première fois aux Etats-Unis

Comment les éditeurs monétisent les groupes Facebook

Quel est l'impact du changement d'algorithme de Facebook pour les éditeurs américains ?