TEST 15 JOURS

Pourquoi le marché publicitaire utilise de plus en plus le programmatique garanti

Autrefois réservé à certains formats et aux plateformes publicitaires full stack, l'achat programmatique garanti se généralise à davantage d'acteurs et de cas d'usage. mind Media a interrogé acheteurs, adtechs et éditeurs pour comprendre cette dynamique.

Par Paul Roy. Publié le 19 février 2021 à 10h09 - Mis à jour le 23 février 2021 à 15h56

Depuis quelques années, avec la généralisation de l’achat programmatique, de plus en plus d’acheteurs ont privilégié le programmatique garanti (PG) pour automatiser l’achat en gré à gré d’espaces publicitaires numériques. Ce mode de commercialisation des inventaires permet à l’acheteur d’obtenir via sa plateforme d’achat programmatique un volume garanti d’impression à un CPM fixe sur une plage de temps donnée chez un éditeur. Au départ utilisé par les plateformes full stack qui possédaient à la fois adserver, SSP et DSP comme Google, il se généralise via des intégrations entre adtechs. “On a le meilleur des deux mondes, d’un côté une garantie de CPM, de livraison et donc de revenu pour l’éditeur, et pour l’acheteur une maîtrise des budgets, et la garantie d’un ciblage pertinent via sa DSP”, explique Julien Gardès, head of publisher development EMEA de TripleLift. 

Un usage en hausse en 2020

Dans son observatoire de l’e-pub 2019,…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Les revenus programmatiques des principaux éditeurs médias en baisse de 4 % en 2020

Dossiers

Après cookie : qui sont les acteurs positionnés sur le ciblage contextuel ?