TEST 15 JOURS

Plusieurs médias américains développent des offres éditoriales basées sur le SMS

Ils s'appuient sur de nouveaux services, comme Subtext, qui proposent aux créateurs de contenus d’individualiser les interactions avec leurs audiences abonnées à un contenu reçu par texto.

Par Jean-Michel De Marchi. Publié le 09 février 2021 à 17h36 - Mis à jour le 11 février 2021 à 11h27

Aux Etats-Unis, différents éditeurs d’informations utilisent ces derniers mois de nouveaux types de plateformes d’envoi de SMS à leurs lecteurs, rapportait le Nieman Lab jeudi 4 février. Il s’agit notamment de Community, Wavium et de Subtext, société éponyme fondée en 2019 par Mike Donoghue (sa fiche LinkedIn) dont la solution est utilisée par 600 organisations ou créateurs de contenus (Buzzfeed, NPR, Globe and Mail, Dallas Morning News, notamment) pour un total de 500 000 destinataires abonnés.

A la différence des plateformes traditionnelles de push marketing, très utilisées mais qui créent une relation verticale avec l’audience, ces solutions reposent sur une relation plus interactive entre l’éditeur et son audience : elles permettent à l’éditeur d’envoyer des contenus par SMS à son audience abonnée au service – ou à des listes d’abonnés – et de recevoir les messages de ses abonnés (des questions, des remarques, des informations…) à titre individuel uniquement. L’éditeur peut alterner entre réponse collective (par exemple s’il reçoit de nombreuses questions sur le même thème) ou réponse individuelle et personnalisée à chaque abonné. 

Un outil d’engagement en dehors des flux numériques 

Le service peut être gratuit, payant, ou inclus dans une offre d’abonnement globale, au choix de l’éditeur, lequel concerne l’usage total des données. La spécialiste des contenus et du marketing numérique Marie Dollé a interrogé le fondateur de Subtext sur les bonnes pratiques à mettre en place par les médias et les créateurs de contenus.

De nombreux médias ont tenté ces dernières années, en vain, de développer une approche similaire sur d’autres canaux. Par exemple sur WhatsApp, mais le service de messagerie à rendu impossible l’envoi de textos en masse et de newsletters en 2019. Ou encore par des bots sur Messenger, ceux-ci étant défaillants ou non personnalisés.

Avec un usage raisonné et un contenu adapté à l’audience, le SMS offre un double avantage : créer un lien plus direct et personnalisé dans la relation éditeur-lecteur, en dehors des flux de contenus habituels, et/ou créer des communautés, par exemple en proposant une offre éditoriale thématique, payante ou non, administrée par un ou une journaliste réputée.

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Entretiens

Denis Olivennes (Libération) : "Nous devrions pouvoir disposer de 25 millions d'euros pour financer notre plan de développement pour trois ans"

Le CNC, Youtube et Arte s'associent pour développer des contenus éducatifs sur YouTube

Dossiers

DNI : comment Google a distribué les 140 M€ du fonds pour l'innovation dans l'information en Europe

Tribunes gratuit

"Trois éléments-clés pour utiliser l'intelligence artificielle dans un projet marketing"

Dossiers

Applications mobiles : avec quels prestataires les éditeurs français travaillent-ils pour l’analytics, les push notifications et l’advérification ? 

Sur mobile, 20 Minutes encourage le partage de ses articles via les SMS et WhatsApp