TEST 15 JOURS

Panorama des principaux fournisseurs de DMP coté éditeurs en France

Si certaines critiques se font entendre concernant leur retour sur investissement parfois décevant ou sur leur compatibilité difficile avec le RGPD, les DMP continuent d'être largement utilisées par les éditeurs médias. mind Media a interrogé les acteurs du marché pour identifier leurs points de différenciation.

Par Paul Roy. Publié le 23 octobre 2019 à 16h13 - Mis à jour le 04 novembre 2021 à 15h57

Si certains projets de DMP ont été abandonnés du côté annonceurs, chez les éditeurs cet outil reste largement utilisé comme moyen de collecter, croiser, enrichir et activer leurs données propriétaires. Bastien Faletto, le directeur commercial Europe du Sud de 1plusX confirme : “Le ROI d’une DMP est beaucoup plus simple à appréhender et quantifiable pour un éditeur que pour un annonceur”. À titre d’illustration, la régie 366, qui a récem­ment choisi la DMP de Weborama pour l’ensemble de ses éditeurs membres, espère un uplift de ses revenus de plus de 25 % sur les offres s’appuyant sur la DMP. Dans le même temps, le RGPD a rebattu les cartes,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Weborama voit son chiffre d’affaires reculer de 5,4 % en un an au S1 2019 

366 lance sa DMP commune aux éditeurs de PQR avec la technologie de Weborama

1plusX devient la DMP de la principale alliance publicitaire entre éditeurs allemands 

Lotame lance un adexchange dédié à la data