TEST 15 JOURS

meltygroup, Groupe Cerise, Konbini… comment les sites d’info-divertissement français mettent le cap à l’étranger

Alors que la croissance de l’audience des sites d’info-divertissement marque le pas, certains d’entre eux tentent de dupliquer leur modèle à l’étranger. Outre la recherche de nouveaux lecteurs, ils espèrent décrocher des campagnes européennes dotées de budgets plus importants. Quelle politique de contenus ? Quelle monétisation de l’audience ? Quels investissements pour quels résultats ? Satellinet a interrogé meltygroup, le Groupe Cerise et Konbini pour décrypter leur stratégie d’internationalisation.

Par . Publié le 06 novembre 2015 à 15h26 - Mis à jour le 06 novembre 2015 à 15h26

Sur le marché des sites d’info-divertissement, la concurrence est devenue si féroce en France que les acteurs peinent à poursuivre leur croissance. La comparaison des chiffres de Médiamétrie// Netratings entre septembre 2014 et septembre 2015 est éloquente : la croissance du groupe Cerise (de 4 millions de VU à 4,3 millions) et de Konbini (de 829 000 à 938 000) est atone. Certains voient même leurs chiffres baisser : MinuteBuzz a perdu 100 000 VU (de 887 000 à 790 000) et Démotivateur 600 000 (de 2,6 à 2 millions). Quant à Melty, il est passé de 3,3 à 1,9 million de VU entre mars 2014 et mars 2015. Dans le même temps, la menace de la version française de BuzzFeed, lancée en 2013, se précise : elle est passée de 500 000 VU en septembre 2014 à 734 000 cette année. Certains sites espèrent trouver de nouveaux relais de croissance à l’étranger en exportant leur modèle. Pour limiter les coûts, tous les moyens sont bons. L’ensemble des contenus hispanophones et anglais du groupe Cerise sont par exemple de simples traductions des articles et vidéos produits par ses équipes éditoriales françaises. Et pour économiser le coût d’une filiale à l’étranger, meltygroup héberge ses rédacteurs étrangers dans ses locaux parisiens et noue des accords de commercialisation avec des régies locales. Outre la recherche de nouvelles audiences, meltygroup et Konbini espèrent décrocher des campagnes de brand content européennes, dotées de budgets plus conséquents. Les stratégies choisies sont très différentes d’un acteur à l’autre, selon qu’ils poursuivent une course à l’audience, par la recherche du clic et du buzz, ou qu’ils construisent une marque forte pour accroître l’engagement de leur cible.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Cerise recrute la directrice des opérations spéciales de M Publicité - RégieObs

Prisma Media en passe d'acquérir le groupe Cerise : qui est cet acteur ?

melty stoppe meltyBuzz et lance une nouvelle offre de curation de contenus

[3 QUESTIONS A] Kaoutar Benazzi, directrice commerciale du Groupe Cerise, sur sa stratégie vidéo programmatique

Pourquoi AccorHotels investit dans meltygroup

Confidentiels

Konbini crée une équipe dédiée à Snapchat

Meltygroup lève 10,5 millions d’euros