TEST 15 JOURS

Marc Feuillée (Groupe Figaro – CCM Benchmark) : “Pour l’instant, le label Digital AdTrust n’a eu aucun effet sur les choix d’investissement des annonceurs”

Résultats économiques attendus en 2018, impact du label de qualité publicitaire Digital Ad Trust, ouverture de l'alliance Skyline à un autre éditeur, intégration au dispositif Google AMP, installation d'une CMP... le directeur général du Groupe Figaro - CCM Benchmark répond aux questions de mind Media. 

Par Jean-Michel De Marchi. Publié le 10 octobre 2018 à 14h29 - Mis à jour le 10 octobre 2018 à 14h29

Quels sont les résultats économiques attendus pour 2018 ? 

Nos prévisions portent sur un chiffre d’affaires groupe supérieur à 600 millions d’euros, avec un EBIDTA d’environ 45 millions d’euros et un résultat d’exploitation sans doute compris entre 33 et 34 millions d’euros. Le résultat net – que je ne dévoilerai pas – sera une nouvelle fois positif : le groupe est structurellement bénéficiaire depuis longtemps. On s’adapte, on se diversifie, on se digitalise (voir notre graphique sur les résultats du groupe depuis dix ans plus bas, ndlr).

Le pôle média – c’est-à-dire le quotidien et les magazines, les activités de médias digitaux, la publicité et nos sociétés à la performance – représente environ 60 % des revenus. Les activités de services et de e-commerce représentent environ 40 %. La proportion est la même pour la contribution au résultat d’exploitation. Notre stratégie est toujours la même, autour de trois piliers : des médias performants, un processus de digitalisation et des diversifications qui apportent revenus, complémentarités et synergies (le groupe a notamment acquis ces trois dernières années CCM Benchmark, les agences de voyages Maisons du voyage et Marco Vasco, et Viadeo, ndlr). Et évidemment être performant dans la publicité.

 


 

Le marché publicitaire est de plus en plus difficile pour les éditeurs médias. Quelle analyse en faites-vous ?

Nous constatons toujours un recul des supports médias historiques et la montée en puissance des plateformes. Le marché publicitaire est profondément et durablement déséquilibré au profit de Google et Facebook. La réalité des chiffres montre qu’il n’y a pas de ralentissement à cette domination. Au contraire.

Le mobile,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Entretiens

Louis Dreyfus (Groupe Le Monde) : "Skyline rapportera près de cinq millions d'euros au total en 2018"

Dossiers

Le poids de Google AMP dans le trafic web mobile des éditeurs de presse a reculé en 2018

Consentement au recueil des données personnelles : le marché français déjà dans la zone grise