TEST 15 JOURS

Les détails sur le fonds de dotation qui sera créé par Mediapart 

Appliqué pour la première fois en France, ce montage prévoit de transférer et d'immobiliser le capital du site d'information au sein d'un fonds de dotation à but non lucratif. L'objectif : assurer la pérennité et l'indépendance de Mediapart au-delà de la présence de ses fondateurs. Explications.

Par Jean-Michel De Marchi. Publié le 02 juillet 2019 à 14h09 - Mis à jour le 02 juillet 2019 à 14h09

Après plus de 18 mois de réflexion et de travail, Edwy Plenel et le reste de l’équipe dirigeante du site d’information ont trouvé le montage capitalistique à même d’“assurer l’indépendance et la pérennité de Mediapart”, ont-ils annoncé mardi 2 juillet. 

Si des montages alternatifs ont été étudiés – l’actionnariat salarié, et la société coopérative de type SCOP ou SCIC – les exemples mis en oeuvre par d’autres médias n’ont pas été jugés satisfaisants car générant trop d’incertitudes en cas de difficultés financières et/ou des querelles de pouvoir.

C’est donc le modèle du fonds de dotation, à mi-chemin entre le statut de fondation et celui de l’association, et introduit en France par une évolution législative de 2008, qui a été retenu en s’appuyant sur l’exemple du trust mis en place par le Guardian au Royaume-Uni. Alors que le capital est actuellement détenu par les fondateurs, des individuels et des investisseurs (notre visuel ci-dessous), il sera dans quelques mois indirectement détenu à 100% par un fonds de dotation à but non lucratif.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Mediapart maintient son résultat net annuel autour de 2 millions d'euros

Dossiers

Offres payantes : forte hausse des recrutements pour les éditeurs français en 2018