TEST 15 JOURS

Les adblockers sont l’avenir d’internet

Par . Publié le 10 novembre 2015 à 12h24 - Mis à jour le 10 novembre 2015 à 12h24

L’Harvard Business Review pointe la responsabilité des professionnels des technologies publicitaires dans le développement des adblockers.

Ils ont notamment copieusement ignoré les listes rouges (« Do Not Track Lists »), non contraignantes, mises en place par les navigateurs internet depuis 2008, sur lesquelles les internautes peuvent s’inscrire pour signifier aux annonceurs qu’ils ne souhaitent pas voir leurs données de navigation utilisées à des fins commerciales.

La revue montre aussi comment, depuis 2009 la courbe d’intérêt des internautes pour le retargeting publicitaire (exprimée par leurs recherches sur Google) a accompagné celle pour les adblockers (« How to block ads »).

L’essor des adblockers est symbolique de la prise de pouvoir des internautes sur les sites internet, qui aura deux grandes conséquences :

 

  • La bulle des technologies publicitaires va exploser (plusieurs éditeurs ont déjà réduit leurs dépenses dans ce domaine)
  • La nouvelle frontière du marketing sera les services, pas les ventes

 

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Adblockers : Eyeo joue l’apaisement et a rencontré des éditeurs et des annonceurs à New York

Bild.de gagne une manche dans son combat contre les adblockers

Formats publicitaires en ligne : l’IAB fait son mea culpa et lance le programme L.E.A.N Ads

Demander aux internautes de désactiver leur adblocker ne fonctionne pas

Le secteur de la publicité en ligne profondément restructuré par Apple, Google et Facebook : quelles conséquences ?