TEST 15 JOURS

Le RGPD va-t-il assécher les inventaires de data ?

Avec l’entrée en application du RGPD, l’une des craintes du marché portait sur la baisse drastique du volume de données disponibles. A Dmexco, mind Media a interrogé plusieurs acteurs du marketing digital sur ce point. Certains acteurs souffrent.

 

Par Aymeric MarolleauMégane GensousJean-Michel De Marchi. Publié le 14 septembre 2018 à 19h22 - Mis à jour le 14 septembre 2018 à 19h22

Le RGPD était le thème phare évoqué les 12 et 13 septembre lors de Dmexco, le salon européen de l’adtech à Cologne, en Allemagne. Avec une question qui agite les professionnels : les nouvelles obligations légales pour exploiter les données personnelles entraînent-elles une chute des données, le carburant du marché publicitaire ?

“Deux mois avant la date butoire, nous avons contacté nos éditeurs partenaires pour savoir où ils en étaient de leur mise en conformité avec le RGPD : les retours ont été très rares car personnes n’était prêt”, souligne Augustin Decré, directeur général Europe du Sud d’Outbrain. Certains éditeurs ont même annoncé qu’ils ne collecteraient plus aucune donnée par peur de ne pas être en conformité. Mais dans les faits, seuls les acteurs 100 % programmatique ont été impactés par des baisses de volumes de data.”

Franck Lewkowicz,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Qui seront les perdants et les gagnants du RGPD ?

Entretiens

Émilie Carcassonne (Nielsen Marketing Cloud) : "Le ciblage contextuel est une régression majeure"

Comment les data providers collectent et vendent les données