TEST 15 JOURS

“La télévision ne doit pas venir amputer les recettes des autres médias”

Stéphane Delaporte, directeur général de 366, la régie publicitaire commune à la PQR, estime qu'une éventuelle extension de la publicité à des secteurs aujourd'hui interdits - cinéma, édition et opérations de promotion de la distribution -, évoquée récemment par le gouvernement, serait néfaste pour l'avenir de la presse. C’est dans la taxation des revenus des GAFAM et NATU que se trouve une juste concurrence, affirme-t-il.

Par . Publié le 23 novembre 2018 à 12h12 - Mis à jour le 23 novembre 2018 à 12h12

La commémoration du centenaire de l’armistice de la Grande Guerre n’incite malheureusement pas tout le monde à la trêve dans les luttes intestines qui secouent immanquablement l’univers des médias à chaque nomination d’un nouveau ministre de la Culture.

Les déclarations du nouveau ministre, Franck Riester, faites le 8 novembre dernier dans le cadre des Rencontres cinématographiques de l’ARP sur l’examen par ses services d’une “expérimentation de l’élargissement des secteurs autorisés à la publicité TV” (lire son discours ici), à la demande des diffuseurs,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Tribunes gratuit

"Les initiatives de second party data devraient se multiplier en 2019"