TEST 15 JOURS

Google va exiger des annonceurs qu’ils renseignent leur identité pour diffuser de la publicité sur son réseau

Par Mégane Gensous. Publié le 23 avril 2020 à 17h42 - Mis à jour le 23 avril 2020 à 17h42

Dans un post de blog publié jeudi 23 avril, Google annonce le lancement prochain de son programme “Advertiser Identity Verification” pour donner aux internautes plus de transparence sur l’identité des entreprises, et leur pays d’origine, des publicités qu’ils visionnent. D’abord disponible aux États-Unis cet été, avant d’être déployé en Europe début 2021 puis dans le reste du monde, il requerra des annonceurs qu’ils se soumettent à un processus de vérification (documents officiels d’entreprise, document d’identité d’un représentant légal) sous 30 jours pour que leurs annonces continuent d’être diffusées sur le réseau publicitaire de Google, les demandes étant examinées sous trois à cinq jours (plus d’informations). Les informations seront accessibles via l’icône “Pourquoi cette publicité ?”. 

À retenir. Cette mesure avait déjà été mise en place en 2018 pour les annonceurs politiques. Son déploiement à l’ensemble des annonceurs est probablement lié à la crise sanitaire en cours, durant laquelle de nombreuses publicités pour des produits douteux (masques non homologués, faux vaccin) ont été diffusées.

TRANSPARENCE PUBLICITAIRE

mind media lance un deuxième “hub” pour comprendre les enjeux et les chiffres clés de la transparence publicitaire en ligne afin de faciliter vos prises de décision : lire notre synthèse

Et sur notre site : #Transparence

Toutes les ressources liées à cet article
Les sociétés

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Covid-19 : les publicités institutionnelles et celles liées à la santé seraient les mieux acceptées

Branding ou performance : quelles sont les stratégies des annonceurs en temps de crise ?

Baromètre UDM : 70 % des marques ont réduit ou stoppé leurs communications en France

P&G augmente ses investissements médias durant la crise