TEST 15 JOURS

Droits voisins : CMI France ne signera pas l’accord collectif proposé par Google

Son actionnaire principal, Daniel Kretinsky, estime que l'accord n'est pas satisfaisant, que ce soit pour le montant de la rémunération ou ses critères : la distinction des titres IPG et non IPG divise les éditeurs.

Par Jean-Michel De Marchi. Publié le 05 novembre 2020 à 18h11 - Mis à jour le 14 octobre 2021 à 11h46

Dans une tribune publiée dans Libération mercredi 4 novembre, Daniel Kretinsky, actionnaire principal de CMI France (Marianne, Elle, Version Femina, Tele 7 Jours…), indique qu’il n’entend pas signer l’accord sur les droits voisins proposé actuellement par Google aux éditeurs : “Certes,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Tribunes gratuit

Jean-Michel Baylet (APIG) : "Les plateformes doivent être neutres pour que le contrôle revienne aux producteurs d’information"

Tribunes gratuit

Marc Feuillée (Groupe Figaro) : “On peut imaginer une protection par des quotas publicitaires en faveur des médias nationaux, en France ou en Europe”

Droits voisins : les quotidiens français et les médias allemands s’unissent pour négocier collectivement

Comment surmonter la crise économique et publicitaire

Google va verser l'équivalent de 850 millions d'euros à 200 médias dans le monde pour un nouveau dispositif d’information

Droits voisins : le conseil d'administration de l’APIG valide les principes d'un accord avec Google