TEST 15 JOURS

Commentaires en ligne : comment les valoriser ?

Avec plusieurs millions de lecteurs en ligne, les médias sont confrontés ces dernières années à de nouvelles difficultés pour encadrer et stimuler leur participation. Après quelques tentatives ces dernières années (au Monde et à Rue89, notamment), les éditeurs semblent avoir abandonné leurs ambitions initiales. L’enjeu est pourtant important et multiple : ne pas écorner leur image, développer le nombre de pages vues, engager davantage leur audience. Des médias américains ont d’ailleurs lancé un projet collectif en ce sens. Etat des lieux et solutions.

Par . Publié le 22 avril 2016 à 16h17 - Mis à jour le 22 avril 2016 à 16h17

Les premiers commentaires en ligne ont vu le jour à l’aube des années 2000. Après avoir suscité beaucoup d’espoirs et le rêve d’un journalisme participatif démocratisé, les commentaires semblent aujourd’hui quelque peu délaissés par les médias, qui peinent à en extraire la richesse qu’ils en attendaient. Mais l’heure est à la réflexion sur cette question. Si quelques médias, principalement aux Etats-Unis, ont décidé de fermer les espaces réservés aux commentaires sur leur site – une liste est publiée ici ; parmi eux The Verge, The Daily Beast ou Mother Board – d’autres se sont au contraire engagés dans une démarche de valorisation des contributions et de leurs auteurs. C’est le cas du Washington Post et du New York Times, qui se sont alliés, avec la Mozilla Foundation et le financement de la Knight Foundation, au sein du “Coral Project”.

Des outils open source bientôt exploitables ?

Lancée en 2015, cette initiative vise à développer des outils open-source à destination des éditeurs du monde entier afin de mieux exploiter leurs commentaires.…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind