TEST 15 JOURS

Comment les régies publicitaires françaises adressent les annonceurs internationaux sur le numérique

Pour développer leurs revenus publicitaires hors de France, certaines régies se sont dotées d'organisations dédiées à la commercialisation de leurs espaces auprès d'annonceurs internationaux. mind Media a interrogé les régies du Figaro, France Télévisions, Les Échos-Le Parisien, et Prisma Media sur les spécificités de ces équipes.

Par Paul Roy. Publié le 09 mai 2019 à 16h43 - Mis à jour le 24 juin 2021 à 14h42

Selon Kantar Media, la moitié des 20 premiers annonceurs en France sont basés à l’étranger, mais la plupart ont une direction achat média en France qui gère en direct leurs investissements publicitaires. C’est donc pour monétiser leurs marques médias auprès d’autres annonceurs internationaux qui n’ont pas de présence directe en France, ou pour gérer la monétisation des marques médias présents à l’étranger, que certaines régies publicitaires se sont organisées en mettant en place des équipes dédiées à l’international en interne ou en externe. Leurs arguments : une forte connaissance des audiences locales, et un large portefeuille de marques médias locales.

Dans le même temps, la généralisation de l’achat programmatique et la numérisation des formats publicitaires les poussent à se réorganiser. De leur côté, les annonceurs, dans le cadre de stratégies internationales, cherchent à centraliser leur achat média pays par pays et se référer à un seul groupe média. 

10 à 15 % de chiffre d’affaires à l’international …

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Entretiens

Louis Dreyfus (Groupe Le Monde) : "Skyline rapportera près de cinq millions d'euros au total en 2018"

Pourquoi Prisma Media va fermer ses régies publicitaires Advideum et Mobvalue