TEST 15 JOURS

Blendle, onemoretab, JolStore, MiLibris… comment les kiosques de vente d’articles à l’unité veulent s’imposer en France

Par . Publié le 30 juin 2015 à 11h13 - Mis à jour le 30 juin 2015 à 11h13

Après la médiatisation du succès de cette start-up hollandaise, qui affirme avoir conquis 325 000 utilisateurs prêts à payer des articles à l’unité issus d’environ 80 publications (lire Satellinet n°250), plusieurs sociétés françaises ont annoncé se lancer sur ce marché en France. Quelles sont leurs ambitions ? Comment se différencient-elles ? Les éditeurs sont-ils prêts à participer à ces initiatives ? Eric Benites, cofondateur de onemoretab, Guillaume Rivron et Manuel Lahut, cofondateurs de I feed for U, Guillaume Monteux, président de Milibris, Christian Ciganer-Albeniz, président de JolStore ainsi que Pascal Pouquet, directeur des nouveaux médias au Figaro, dévoilent à Satellinet leurs projets, leurs objectifs et leur vision de ce marché en devenir.

 Contexte 

C’est une concurrence féroce qui se prépare sur un marché qui n’existe pas encore. Le marché de la vente d’articles à l’unité n’a pour l’instant démontré son potentiel qu’aux Pays-Bas, où la jeune société Blendle semble avoir réussi à conquérir, selon ses affirmations, 325 000 utilisateurs,…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Blendle cherche un rédacteur en chef en France

Kiosques en ligne : changement de président à JolStore pour accélérer son développement

Confidentiel – MiLibris va investir plusieurs millions d’euros pour créer une plateforme d’achat d’articles à l’unité

JOL Press : lancement de la plate-forme de vente de contenus journalistiques à l’unité JOL Store

Blendle : Axel Spinger et le New York Times investissent dans la société présentée comme le « iTunes de la presse »