TEST 15 JOURS

Applications mobiles : avantages et risques des SDK publicitaires

Avec l'essor du marché des données mobiles, les éditeurs sont de plus en plus sollicités par des sociétés souhaitant intégrer des SDK dans leurs applications. Ces kits de développement permettent à des entreprises comme SingleSpot, Admoove, Sharethrough ou DataBerries de récolter les données nécessaires à leur activité. Mais si l'intégration de nombreux SDK peut être rémunératrice pour les éditeurs, elle est également une potentielle source de dysfonctionnements et de perte de contrôle. Quelles stratégies mettent en place les éditeurs en matière de SDK ? En tirent-ils de réels revenus ? mind media a interrogé plusieurs régies.

Par . Publié le 16 juin 2017 à 11h25 - Mis à jour le 16 juin 2017 à 11h25

Les sociétés dont l’activité est basée sur la récolte de données mobiles se multiplient : SingleSpot, DataBerries, Ogury, Sharethrough, Admoove, Fidzup… Elles ont toutes fondé leur activité sur la récupération de données grâce à des SDK publicitaires intégrés aux applications mobiles, grâce auxquelles elles achètent de l’inventaire ciblé, en programmatique, pour le compte d’annonceurs ou d’agences (lire notre dossier consacré à ce marché). Les SDK ont une utilisation polyvalente : ce sont des kits de développement qui peuvent servir à monétiser l’application, analyser le comportement des utilisateurs, envoyer des notifications, et pour certains à récolter de la data.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind