TEST 15 JOURS

13,7 millions d’euros de résultat net pour le groupe Le Monde en 2020

Son chiffre d'affaires est en légère baisse (5 %) à 287 millions d'euros. La progression des revenus tirés des abonnements numériques a permis de compenser en grande partie les conséquences de la crise publicitaire.

Par Jean-Michel De Marchi. Publié le 15 avril 2021 à 18h08 - Mis à jour le 18 avril 2021 à 15h09

Le groupe Le Monde, qui rassemble environ 1 400 personnes dont un peu moins de 900 journalistes au sein de ses publications (Le Monde, Télérama, Courrier International, HuffPost France…) a annoncé vendredi 16 avril avoir réalisé un bénéfice net de 13,7 millions d’euros en 2020, après 2,6 millions en 2019 et 14,6 millions d’euros en 2018. Le chiffre d’affaires 2020 est en repli de 5 %, avec 287 millions d’euros générés contre 303 millions en 2019, et 305 millions en 2018, d’après ses résultats.

Dans un entretien publié mi-février dans mind Media, le président du directoire du groupe, Louis Dreyfus, nous indiquait que “toutes nos publications afficheront en 2020 des résultats bénéficiaires”.

Ces résultats peuvent être considérés comme bons eu égard à la crise qui a touché l’industrie des médias, et particulièrement la presse, en 2020.

Le groupe Le Monde a vu ses revenus publicitaires diminuer d’environ 14 % l’an passé – après une quasi stabilité en 2019 – mais le support numérique s’est bien comporté. Les revenus publicitaires en ligne du groupe (qui correspondent à 25 % de ses revenus publicitaires) ont été stables, y compris sur les formats display classiques et mobiles. “La publicité programmatique a progressé de 9 % et elle représente désormais près de la moitié des revenus publicitaires numériques du groupe”, nous indiquait Louis Dreyfus en février. Sur le périmètre Le Monde spécifiquement, “les revenus publicitaires display ont augmenté de 6 % et ceux de la vidéo instream de 21 %”, ajoutait-il.

“Les abonnements numériques sont devenus la principale source de chiffre d’affaires de la publicitaion Le Monde”

Louis Dreyfus, président du directoire

Parmi les mesures d’économies mises en place, le chômage partiel a concerné les équipes en charge de l’événementiel et celles de la régie publicitaire. Il y a eu également une légère réduction de la pagination à Télérama du fait du ralentissement de la production et des événements culturels. Le groupe a par ailleurs annoncé en juillet 2020 avoir bouclé un plan de refinancement composé d’un prêt garanti par l’Etat (PGE) de 17 millions d’euros, d’un prêt bancaire de 5 millions d’euros et d’un apport des actionnaires pour un montant de 5 millions d’euros.

Le groupe Le Monde profite surtout de la très bonne santé financière année après année de son pôle de magazines et notamment de Télérama (encore 12,6 millions d’euros de résultat d’exploitation à lui seul), et de l’augmentation rapide de la diffusion payée du Monde.

L’activité de sa publication phare est tirée par le numérique. Le titre Le Monde, qui compte maintenant 475 journalistes en CDI (310 il y a 10 ans au moment de l’arrivée du nouvel actionnariat), revendique 364 000 abonnés en ligne à fin décembre 2020 (385 000 en ligne mi-février 2021, et sans doute autour de 400 000 désormais).

L’accélération des abonnements en ligne permet au Monde de plus que compenser la baisse des ventes papier. En décembre 2020, la diffusion France payée du titre (papier et numérique) a ainsi atteint 416 000 exemplaires, selon l’ACPM, contre 324 000 en décembre 2019, soit une progression de 28,5 %. Sur l’ensemble de l’année 2020, elle s’établit à 393 000 exemplaires, contre 323 600 en 2019, en hausse de 21,5 %.

Capture d’écran ACPM

Le quotidien Le Monde est donc en passe de réussir la transformation de son modèle. “La “durée de vie” de nos abonnés en ligne est en constante progression et le revenu moyen par utilisateur (ARPU) également, du fait de la segmentation de nos offres d’abonnement survenue en juin (10 euros, 20 euros et 30 euros par mois avec des contenus et services supplémentaires, contre un tarif principal unique à 18 euros jusque-là, ndlr)”, soulignait Louis Dreyfus en février.

Ces nouvelles offres représentent déjà près de 50 % du portefeuille d’abonnés numériques du Monde. Reprenant le concept mis en place par Netflix et d’autres plateformes, les offres incluant deux à quatre comptes (Intégrale et Famille), à 20 et 30 euros, constituaient à elles seules 17 % du portefeuille d’abonnés numériques début 2021.

Toujours sur le périmètre Le Monde, les abonnements numériques sont devenus la principale source de chiffre d’affaires. La barre des 50 millions d’euros de revenus issus des abonnements en ligne est maintenant visée fin 2021.

Au global, le groupe Le Monde a ainsi pu absorber une large partie de la crise publicitaire en 2020, tout en dégageant suffisamment de marges financières pour continuer à investir, un élément indispensable pour la transformation numérique en cours des médias. Au niveau du groupe, les revenus générés par les lecteurs des différents titres représentent désormais 83 % du chiffre d’affaires, contre 17 % pour la publicité. Il y a dix ans, la publicité représentait 25 % du chiffre d’affaires.

L’enjeu désormais sera aussi d’accélérer les souscriptions d’abonnements numériques de Télérama et de L’Obs – qui a les mêmes actionnaires de référence que le Groupe Le Monde et bénéfice de synergies, mais ne figure pas juridiquement dans son périmètre du groupe. Car si Courrier International a atteint 57 000 abonnés purs numériques fin 2020 (contre 36 000 en 2019), la marge de progression reste importante pour Télérama, qui détenait “seulement” 24 0000 abonnés numériques fin 2020 (certes en progression par rapport aux 8 000 abonnés un an plus tôt) et pour L’Obs et ses 21 000 abonnés en ligne (16 000 abonnés numériques fin 2019).

Outre le développement du numérique pour tous les titres du groupe et pour L’Obs, deux nouveaux moteurs de croissance vont être actionnés en 2021 et 2022. D’abord la relance du déploiement à l’international – quelque peu mis entre parenthèse du fait de la crise sanitaire -, notamment en direction des publics francophones et particulièrement en Afrique via la verticale média Le Monde Afrique. Ensuite la commercialisation en France et à l’international de son CMS propriétaire, dont le nom initial, “Le Huit”, a été rebaptisé “Sirius”. 

Toutes les ressources liées à cet article
Les sociétés

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Entretiens

Louis Dreyfus (Groupe Le Monde) : "Les abonnements en ligne représenteront plus de 50 millions d'euros de revenus pour Le Monde en 2021"

Analyses Dossiers

Abonnements numériques (1/2) : le classement annuel des médias en ligne payants

Entretiens

Pierre Louette (Les Echos et Le Parisien) : "Nous procéderons à d'autres opérations de croissance externe"

Entretiens

Denis Olivennes (Libération) : "Nous devrions pouvoir disposer de 25 millions d'euros pour financer notre plan de développement pour trois ans"

Entretiens

Marc Feuillée (Groupe Figaro) : "Le dernier trimestre 2020 a été particulièrement bon pour nos revenus publicitaires numériques"

Reworld Media enregistre 9,1 millions d’euros de bénéfices en 2020 malgré un recul de 8 % de son revenu pro forma

Libération totalise plus de 49 000 abonnés en ligne

La Croix stabilise son chiffre d'affaires à 30 millions d'euros en 2020