TEST 15 JOURS

Pourquoi le marché programmatique s’ouvre aux curated deals

De plus en plus de plateformes de vente programmatique ouvrent leur outil de curation à des fournisseurs de données, réseaux d’éditeurs, ou agences pour qu’ils proposent leurs propres “curated deals” personnalisés en fonction des objectifs des annonceurs. mind Media décrypte cette tendance et les risques qui y sont associés.

Par Paul Roy. Publié le 02 juin 2022 à 15h26 - Mis à jour le 05 juillet 2022 à 15h26

Les trois points à retenir :

  • Selon les données d’Adomik, les curated deals représentent aujourd’hui 1,5 % du marché programmatique français, et cette part augmente au détriment des private auctions.
  • Les SSP ouvrent leurs outils de curations à des tiers (fournisseurs de données, agences, éditeurs…) pour qu’ils fournissent aux annonceurs du reach selon des critères de qualité.
  • La répartition de la valeur entre les différents intermédiaires peut apparaitre opaque pour les éditeurs.

L’évolution du programmatique, avec différents chemins d’accès sur des terminaux et environnements variés, a considérablement complexifié l’achat d’espaces publicitaires. Les acheteurs sont de plus en plus en recherche d’inventaires sûrs, qualifiés et permettant une optimisation rapide des campagnes.

Depuis quelques années déjà, en partie pour répondre à cette attente, les SSP mettent à disposition des sélections d’inventaires chez différents éditeurs,…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Au Royaume-Uni, la CMA ouvre une enquête sur Google pour abus de position dominante

Header bidding : Google veut mieux intégrer Prebid dans Google Ad Manager

Analyses

Jusqu’où la publicité TV segmentée peut-elle s’ouvrir à l’achat programmatique ?

Publicité en ligne : pourquoi l’Autorité de la concurrence française inflige une amende de 220 millions d’euros à Google

366 et M Publicité s'équipent d'un adserver dédié pour monétiser leur trafic sans consentement : leurs stratégies et les objectifs

Décryptages Dossiers

Google et identifiants alternatifs (1/2) : mieux comprendre l'annonce de Google pour l’après-cookie tiers

Dossiers

Pourquoi le marché publicitaire utilise de plus en plus le programmatique garanti