TEST 15 JOURS

La société d’advérification Adledge placée en redressement judiciaire

La structure française peine sur le marché local, où Integral Ad Science s’est largement imposé, et à l’international, où elle doit affronter de nombreux concurrents très bien financés.

Par Aymeric Marolleau. Publié le 14 mars 2019 à 16h36 - Mis à jour le 14 mars 2019 à 16h36

L’intérêt croissant des annonceurs pour la transparence publicitaire a fait le succès des outils d’advérification, qui s’assurent de la visibilité des campagnes, de leur brand safety et de la lutte contre la fraude. Certains acteurs ont trouvé acquéreurs ces dernières années à des sommes conséquentes : Oracle s’est emparé de Moat en avril 2017 pour 800 millions de dollars, la société de private equity Providence Equity a acheté la majorité du capital de DoubleVerify pour 200 millions de dollars en août de la même année et Integral Ad Science a été acquis par le fonds Vista Equity Partners en juin 2018.

Tous les outils d’advérification n’ont toutefois pas connu le même destin. Adledge, l’une des deux sociétés françaises de ce secteur, a ainsi été placée en redressement judiciaire mercredi 13 février : l’entreprise est en cessation de paiement, mais un redressement de l’activité est envisageable. Sollicitée par mind Media, sa fondatrice Nathalie Le Borgne (sa fiche LinkedIn) n’a pas souhaité répondre à nos questions. Adledge, créé en 2008, a enregistré un déficit de 339 917 euros en 2017, portant le cumul de ses pertes à 904 159 euros.

Accréditation MRC insuffisante

 
Comment expliquer les difficultés d’Adledge ? Historiquement proche d’Havas – l’un de ses cofondateurs, Sylvain Le Borgne, a rejoint le réseau en 2011, où il occupe aujourd’hui le rôle d’EVP Global Head of Techology (sa fiche LinkedIn) -, la société peine sur le marché français où Integral Ad Science a conquis ces dernières années de nombreux clients chez les éditeurs, les agences et les annonceurs. La situation n’est guère plus simple hors des frontières.

L’entreprise, qui compte entre 10 et 20 salariés, a bien levé un million d’euros en juin 2017 pour tenter de se renforcer sur le marché nord-américain, mais les clients internationaux exigent généralement de leurs prestataires de coûteuses accréditations du Media Rating Council, et qu’ils aient accès aux mesures de Google et Facebook. Adledge a fait l’effort d’obtenir les premières en avril 2018 (voir le tableau comparatif des accréditations des acteurs de l’advérification sur notre site), mais n’a pu se faire ouvrir les portes des walled gardens, au contraire d’acteurs comme IAS, Meetrics ou Moat.

 

TRANSPARENCE PUBLICITAIRE

mind media lance un deuxième “hub” pour comprendre les enjeux et les chiffres clés de la transparence publicitaire en ligne afin de faciliter vos prises de décision : lire notre synthèse

Et sur notre site : #Transparence

Toutes les ressources liées à cet article
Les sociétés

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

Transparence publicitaire : enjeux et initiatives

Publicis Media et Hubvisor nouent un partenariat pour réduire le nombre d’intermédiaires dans l’achat programmatique

Tribunes gratuit

Frédéric Daruty (20 Minutes) : "Eliminons les intermédiaires publicitaires qui n'apportent pas de valeur"

Les accréditations des outils d'advérification

Comment le Trustworthy Accountability Group veut convaincre les acteurs de la publicité en ligne d'adopter ses certifications contre la fraude