TEST 15 JOURS

[Dossier du Social Media Club] Comment engager une communication plus responsable

La pression du législateur et des consommateurs s’accentue sur les entreprises pour adopter des comportements plus éco-responsables. Cela concerne la production, les RH, et les actions de communication, de la conception à l’activation. Outils dédiés, formations internes, nouvel état d’esprit et nouvelles organisations… Sidièse, BETC, Impact+, Square Management et Lush présentent les enjeux que cela représente pour les entreprises et quelques initiatives mises en place pour les surmonter.

Par Social Media Club. Publié le 03 mai 2022 à 17h24 - Mis à jour le 04 mai 2022 à 11h30

Mi-mars, l’ARPP s’est emparé du risque du “greenwashing” dans le secteur publicitaire : cette posture qui consiste pour une marque à mettre en avant des considérations environnementales à des fins marketing sans les mettre en pratique. L’association a lancé une campagne de sensibilisation dans le métro parisien et les gares SNCF partout en France ; preuve que le secteur s’interroge. 

Cet article a été rédigé dans le cadre du Social Media Club, cercle d’échange d’expertises entre professionnels sur les thèmes du social media, qui fait partie du Groupe mind.

Le Social Media Club réunit depuis plus de 14 ans les professionnels du social media et de la communication digitale, avec une trentaine de sessions chaque année. L’accès au Social Media Club est compris dans nos dispositifs d’intelligence économique. La première participation est offerte. Pour en savoir plus: Emilie Lagarde elagarde@groupe-mind.com

Mais en s’associant à Mediatransports et en déployant sa campagne sur des écrans numériques publicitaires, l’autorité de régulation s’est elle même également attirée les foudres de plusieurs internautes, rappelant le gouffre énergétique que représentent de tels dispositifs. En effet, selon un rapport de l’ADEME, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, un écran publicitaire LCD numérique consomme 2 049 kWh/an, un chiffre proche de la consommation moyenne d’un ménage français pour l’éclairage et l’électroménager, chauffage exclu (2 350 kWh/an). 

Les consommateurs sont de plus en plus sensibles aux arguments écologiques et les publications et rapports – “Convention Citoyenne pour le Climat”, “Pour une loi Évin climat” ou encore “Publicité et transition écologique” – se multiplient pour exiger une plus grande régulation du secteur de la publicité et de ses impacts sociaux et environnementaux. …

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

[Dossier du Social Media Club] Bâtir et valoriser sa marque employeur: labels, ciblage, réseaux sociaux…

[Dossier du Social Media Club] Pourquoi les marques investissent le métavers et les NFT

fifty-five publie une méthodologie de mesure de l'impact carbone des campagnes publicitaires

[Dossier du Social Media Club] Comment traiter les sujets RSE sur les réseaux sociaux?

Les publicités RSE ont représenté 11 % des investissements médias en France en 2021 selon Kantar

Marina Zuber (ex-TBWA) lance une agence de communication d’engagement

EBRA reçoit le label RSE de Positive Workplace

Google continue de diffuser des publicités sur des sites niant le réchauffement climatique

Pourquoi des entreprises de la communication et des médias adoptent le statut de sociétés à mission

Analyses Dossiers

Que valent les dispositifs de publicité solidaire ?