TEST 15 JOURS

Panorama des principales DMP côté éditeurs en 2020

Le besoin de transparence dû au durcissement réglementaire, la disparition des cookies tiers et le développement des offres payantes sont autant de tendances qui influent sur les besoins des éditeurs en matière de gestion des données. Pour la deuxième année consécutive, mind Media dresse un panorama des principales DMP côté éditeurs. 

Par Paul Roy. Publié le 22 janvier 2021 à 18h39 - Mis à jour le 20 juillet 2021 à 14h40

Il y a un peu plus d’un an, plusieurs constats ressortaient de notre panorama des DMP côté éditeurs :

  • On a assisté à un renouvellement des solutions technologiques utilisées par les éditeurs vers des DMP plus spécialisées et adaptées à leurs besoins
  • Les DMP se différencient surtout sur leur capacité à enrichir et interpréter la donnée et pas uniquement sur leur nombre d’intégrations avec d’autres solutions technologiques
  • La capacité d’adaptation au nouveau contexte réglementaire et à la raréfaction des cookies tiers sera déterminante dans les années à venir

Ces tendances se sont accélérées cette année, avec le développement de certains usages pendant la crise sanitaire et les annonces de Google sur Chrome en début d’année. 

Le renouvellement se poursuit

Traditionnellement, pour répondre aux besoins des éditeurs comme des annonceurs, les éditeurs américains de DMP (Salesforce, Adobe, Oracle) proposent une suite de services répondant à chaque besoin marketing ou CRM. “Nous sommes dans un approche holistique : la DMP est vue comme une composante dans Oracle Data Cloud, aux côtés d’autres services : attention et mesurabilité, prévention de la fraude, contextualisation et brand safety…”, explique Roland Koltchakian, Customer Experience specialist chez Oracle. 

Des cas d’usage que les éditeurs de petite ou moyenne taille ne rencontrent pas ou peu. Bruno Latapie, directeur exécutif monétisation de 20minutes parlait l’année dernière “d’outils robustes, mais souvent surdimensionnés” pour les besoins de la régie, qui est actuellement en contrat avec la DMP de Weborama. “Cette “culture éditeurs” a été ramenée par le rachat de Bluekai. Nous avons essayé de la développer en France mais davantage de façon opportuniste, le gros du développement adressant les annonceurs. Les éditeurs choisissant Oracle comme FranceTV (ex-client ndlr) ou Orange utilisent à la fois les facettes médias et annonceurs du marketing”, constate Roland Koltchakian (Oracle).

Les choix récents de plusieurs grands éditeurs ont confirmé cette tendance au renouvellement des solutions DMP classiques en 2020.…

Cet article est reservé aux abonnés
Déja abonné ? Connectez-vous

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

1plusX lève 7,8 millions de dollars en série B

[Hors-série en libre accès] Cookies, CMP, ciblage contextuel... les nouveaux enjeux de la publicité en ligne

Comment Unify a créé sa DMP sans cookie, Unify Audience Platform

Dossiers

Comment les fonds d'investissement analysent le secteur de la publicité en ligne

Entretiens

Joe Root (Permutive) : "Les données first party des éditeurs doivent devenir la monnaie d'échange pour la publicité en ligne"

Entretiens

Grégoire Frémiot (mediarithmics) : "Les agences de conseil auront un rôle essentiel dans l'implémentation des plateformes de data marketing"