TEST 15 JOURS

Pourquoi l’Autorité de la concurrence inflige une amende de 220 millions d’euros à Google

Le groupe américain a été reconnu coupable d’avoir favorisé sa SSP dans le système d’enchères programmatiques ouvert au détriment de l’ensemble du secteur publicitaire. Il a formulé une série d'engagements qu’il devra respecter dans les trois ans à venir. 

Par Paul Roy avec Jean-Michel De Marchi. Publié le 07 juin 2021 à 17h54 - Mis à jour le 07 juin 2021 à 18h10

L’Autorité de la concurrence a annoncé lundi 7 juin sanctionner le groupe américain à hauteur de 220 millions d’euros pour avoir accordé un traitement préférentiel à ses outils de monétisation publicitaire, regroupés sous la marque Google Ad Manager, dans le système d’enchères programmatiques ouvert. 

L’organe avait publié en mars 2018 une première analyse du marché de la publicité en ligne en France, qui pointait de nombreux dysfonctionnements dans les pratiques concurrentielles. Il avait ensuite ouvert en 2019 une enquête visant spécifiquement Google, faisant suite à une plainte formulée par les groupes News Corp,…

Vous n’êtes pas encore inscrit ?

Créez un compte pour tester notre offre
gratuitement pendant 15 jours

  • Services en ligne : études, analyses, bases de données et bien plus encore
  • Briefings quotidiens : actualités synthétisées
  • Lettres hebdomadaires

Besoin d’informations complémentaires ?

Contactez

le service d’études à la demande de mind

À lire

En Allemagne, l’autorité de la concurrence lance une enquête sur Google News Showcase

L’Autorité de la concurrence allemande multiplie les enquêtes sur les big techs

Big Techs : l’Autorité de la concurrence et la Cnil britannique publient un plan de coopération

Droits voisins : l’Autorité de la concurrence recommande une amende "dissuasive" contre Google

Google aurait tiré avantage des données issues de son stack publicitaire pour favoriser sa DSP

Aux États-Unis, Google accusé d'entente illicite avec Facebook pour manipuler les enchères programmatiques